À propos

J’ai toujours goûté aux excellents mets réalisés par ces merveilleuses femmes de ma famille, mes aînées , toutes cordons-bleus. À vrai dire, je n’étais, pas du tout, avide de cuisine mais portée sur d’autres arts manuels. Cependant, avec l’âge, je suis devenue passionnée et surtout, s’est incrusté en moi, le souci de transmettre tout ce bel héritage culinaire familial à mes petits-enfants et à tous ceux qui en sont intéressés (ma page culinaire en témoigne car on me l’avoue). Je remercierai aussi mes adorables amies qui m’ont fait le privilège de me remettre les recettes de leur famille. Il s’agit, notamment , du terroir algérois et des villes environnantes de la mitidja (plaine fertile) puis du terroir kabyle (berbère), double culture culinaire dans laquelle j’ai baignée. Mais, néanmoins, j’ai découvert avec plusieurs de mes amies de l’ouest et du sud algérien (amies de Facebook et à travers les groupes culinaires), un terroir très riche, des recettes succulentes que j’ai concoctées avec amour. J’avoue qu’à mon âge (63ans), j’apprends encore et je découvre toujours, avec émerveillement, des plats savoureux que je me promets, Nchlh, à chaque fois de réaliser. En toute modestie, il m’arrive de créer, par moment , des recettes que j’imagine après avoir bien soliloquer dessus. Il faut dire que souvent, je cuisine au feeling.